L’histoire unique derrière l’origine des diamants

4.1/5 - (17 votes)

À propos du diamant

Le diamant est un minéral composé principalement de carbone pur, et la disposition des atomes de carbone dans le cristal est presque parfaitement symétrique. Les diamants de qualité gemme contiennent généralement 99,95 % de carbone et peuvent être purs jusqu’à 99,99 %. Cela fait du diamant l’une des pierres précieuses les plus pures que l’on puisse trouver dans la nature.

Les 0,01 % à 0,05 % restants de la composition chimique d’un diamant peuvent inclure d’autres éléments traces qui ne font pas partie de la chimie essentielle du diamant. Ces oligo-éléments peuvent donner aux diamants des couleurs différentes, les rendre fluorescents ou leur conférer d’autres propriétés uniques.

Bien avant l’apparition de la vie sur Terre, il y avait des diamants. L’âge de la Terre est estimé à 4,543 milliards d’années, et les plus anciens diamants se sont cristallisés il y a environ 3,5 milliards d’années. À une centaine de kilomètres sous la surface de la Terre, dans des conditions rares, des températures et des pressions extrêmes ont lié étroitement les atomes de carbone, donnant naissance au minéral naturel le plus dur sur Terre : le diamant. Le diamant est l’objet le plus ancien que la plupart d’entre nous tiendront ou posséderont jamais.

La cristallisation du diamant nécessite des températures comprises entre 900° Celsius et 1 300° Celsius, et une pression de 725 000 livres par pouce carré (psi). C’est la même pression qu’exercerait la Tour Eiffel si elle était retournée à l’envers et réduite à son extrémité pour tenir sur un timbre-poste !

Suivant le contexte, il existe quatre réponses à cette question qu’on me pose souvent.

Une réponse géologique, une géographique, une minière et enfin une réponse éthique.

Origine géologique des diamants

Pierre brut avec diamants

Géologiquement, les diamants viennent des profondeurs de la terre. Il y a environ 3 milliards d’années, sous l’effet conjugué et exceptionnel de températures extrêmes et de pressions colossales, le carbone liquide situé sous le manteau terrestre à 200km de profondeur se cristallise et forme les diamants bruts.

Portés par une roche, la kimberlite, ces cristaux remontent à la surface de la terre lors d’éruption de magma, dans des chemins de lave aujourd’hui solidifiés nommés pipes kimberlitiques. Très peu de diamants atteignent la surface de la terre et parmi eux, moins de 0,1% feront plus d’un carat une fois taillés

Cette conjonction d’événements uniques dans l’histoire de la terre explique la rareté, la valeur des diamants et la fascination qu’ils exercent.

Géologie du diamant

La plupart des diamants ont cristallisé juste sous la croûte terrestre, dans le manteau supérieur, entre 120 et 200 km sous la surface de la Terre. La région où les pressions et les températures sont idéales pour la formation des diamants s’appelle le champ de stabilité du diamant.

Il existe deux principaux modes de formation des diamants qui se forment à des profondeurs différentes. Ils se forment soit sous les racines des continents appelées « cratons », où ils sont transportés à la surface de la Terre par de rares éruptions volcaniques transportant les roches hôtes, soit la kimberlite ou la lamproïte – deux des roches volcaniques les plus profondes qui se trouvent à la surface de la Terre. Ces diamants se forment dans ou près de la lithosphère, là où la croûte rencontre le manteau supérieur.

Certains diamants, cependant, se forment beaucoup plus profondément dans la Terre, plus près du manteau inférieur, et sont ensuite transportés à des profondeurs moindres par convection et ramenés à la surface par des éruptions volcaniques. Ces diamants sont appelés diamants « super profonds ».

Fait géologique sur les diamants

Le carbone qui a formé les diamants provenait de deux sources. La plupart du carbone a été piégé dans la Terre pendant la formation de la planète. Cependant, un petit pourcentage du carbone est recyclé. Il est transporté de la surface de la Terre vers le bas par un processus géologique connu sous le nom de subduction. Ce processus se produit lorsqu’une section de la croûte terrestre glisse sous une autre et se déplace vers le bas jusqu’à ce qu’elle fonde. Le carbone est transporté vers le bas à partir des roches de la croûte.

Les cristaux de diamant se sont développés à des rythmes différents, mais les scientifiques n’ont toujours pas d’image claire de la vitesse de croissance exacte du cristal de diamant, ou de la mise en place des diamants (lorsqu’ils ont fait éruption vers la surface). Certains diamants ont été transportés vers le haut peu après leur formation. D’autres sont restés stockés dans la Terre pendant des millions d’années.

Les diamants sont transportés vers la surface par les éruptions magmatiques, mais toutes les éruptions provenant des profondeurs de la Terre ne traversent pas les champs de diamants. C’est pourquoi les diamants naturels sont si rares – il n’existe qu’une cinquantaine de mines de diamants viables dans le monde, et les dernières éruptions connues ayant transporté des diamants à la surface de la Terre se sont produites il y a environ 25 millions d’années.

Enfin, les diamants peuvent se former par l’impact de météores. En fait, les gemmologues ont utilisé les informations provenant des diamants trouvés sur les sites d’impact de météorites pour déterminer les conditions qui peuvent contribuer à leur croissance en laboratoire !

Origine géographique des diamants

Géographiquement, les diamants proviennent d’une trentaine de pays, situés indifféremment dans les deux hémisphères.

Les gisements de diamants dans le monde

En nombre de carats viennent en tête la Russie (38 millions de carats), le Botswana (23 millions), le Congo (16 millions) et l’Australie (12 millions). La Namibie (2 millions) et la Sierra Léone (609 000 carats) arrivent en dernière position du top 10.

Ce classement doit cependant être pondéré par un facteur au moins aussi important que le volume de diamants produits : celui de leur valeur.

La valeur moyenne d’un carat de diamant de Namibie est ainsi de 805$, 302$ pour la Sierra Leone, mais seulement 82$ pour la Russie, 32 pour l’Australie, 156 pour le Botswana et 8$ pour le Congo.

Les diamants les plus chers sont utilisés par la joaillerie, ceux de moindre qualité par l’industrie.

Où mon diamant a-t-il été formé ? Où mon diamant a-t-il été trouvé ?

Souvent, des connotations historiques, sociales ou qualitatives sont associées aux pierres précieuses provenant d’une localité particulière. Au début du commerce des pierres précieuses, les diamants ne provenaient que de quelques sources limitées : l’Inde (Golconda) et Bornéo, avant d’être découverts au Brésil au XIXe siècle et en Afrique du Sud au XIXe siècle.

Aujourd’hui, les diamants proviennent de multiples sources à travers le monde, dont une cinquantaine représente 90 % de l’offre mondiale.

L’origine géographique des diamants est un défi pour les gemmologues depuis que l’on quantifie les diamants. Les propriétés qui font du diamant une pierre précieuse unique (la seule pierre précieuse composée d’un seul élément, nécessitant des conditions de formation très spécifiques) rendent également difficile la détermination du pays d’origine. Souvent, les marqueurs chimiques ou la morphologie des cristaux bruts qui permettent de distinguer un diamant d’une source à une autre sont confinés à la surface et sont polis lorsque le diamant est facetté. Pour compliquer encore le défi de la détermination de l’origine géographique des diamants, il n’existe aucune donnée permettant de relier les diamants bruts ou polis d’une source spécifique sur la base de leurs caractéristiques, car souvent, ces caractéristiques se chevauchent.

Les diamants étant composés à 99,95 % de carbone, les différences de composition chimique sont minimes et ne permettent pas nécessairement de faire des distinctions entre les origines. De plus, les gisements de diamants varient au sein même du gisement.

Les chercheurs peuvent utiliser les éléments de terres rares (REE) dans les inclusions de diamants pour déterminer des informations sur le type d’environnement dans lequel le diamant s’est formé, ainsi que les similitudes et les différences entre les gisements. Et si ces inclusions peuvent nous en dire long sur l’âge du diamant et ses conditions de formation, il est peu probable qu’elles indiquent une origine géographique spécifique.

Les inclusions telles que le disthène, le saphir, l’omphacite et le grenat pyrope almandin nous indiquent que le diamant a été formé dans une éclogite (un type de roche). Mais les diamants éclogitiques nous indiquent seulement que le diamant s’est formé dans le manteau terrestre à partir de la croûte océanique. Les inclusions comme le diopside chromé vert, le grenat pyrope chromé et l’olivine indiquent que le diamant a été formé dans un type de roche appelé péridotite. Les diamants peuvent être classés en fonction du type de roche dans laquelle ils se sont formés : type P ou type E. Toutefois, les deux types peuvent se retrouver dans la même pipe de diamant et ne sont pas utiles pour déterminer le pays d’origine.

Pour compliquer encore l’origine des diamants, ceux-ci changent de mains de nombreuses fois entre la mine et le marché – du tri à la taille, en passant par les laboratoires, les grossistes et les détaillants, un diamant peut se retrouver dans de nombreux endroits différents à travers le monde. De plus, il n’y a aucun moyen de savoir quand le diamant a été extrait.

Les Origines minières des diamants

Vient ensuite la réponse concernant les mines de diamants elles-même.

Forage minier diamant

Les pipes kimberlitiques que je mentionnais tout à l’heure font l’objet de recherches géologiques intensives et coûteuses. On les repère, on évalue leur potentiel diamantifère, leur facilité ou difficulté d’exploitation. Parce qu’elles nécessitent de lourds investissements, les mines sont principalement exploitées par de grandes compagnies minières. Mais il existe aussi des mines de petites tailles quasi artisanales, qui font vivre un village, une communauté.

On le sait peu, mais l’exploitation minière des diamants est l’une des plus respectueuses de l’environnement. Elle se fait exclusivement de manière mécanique, sans aucune utilisation de produits chimiques et sous le contrôle écologique draconien des gouvernements et autorités locales. On notera enfin que, grâce à l’implication des compagnies minières, la création et l’exploitation des mines de diamants ont apporté travail, revenus, éducation et progrès sanitaire dans des régions pauvres du globe qui en manquaient cruellement.

Depuis quelques années, les compagnies minières ont de plus l’obligation de remettre « en état » les terrains miniers en fin d’exploitation de manière à restaurer l’équilibre naturel qu’elles auraient pu perturber.

L’extraction du diamant

Il existe quatre types fondamentaux d’extraction de diamants : l’extraction à ciel ouvert, l’extraction souterraine, l’extraction alluviale et l’extraction marine.

Chacun de ces types d’exploitation extrait les diamants de gisements primaires ou secondaires.

Où se trouvent les diamants

La recherche de diamants a permis de déterminer que la plupart d’entre eux proviennent de cheminées kimberlitiques situées dans les parties les plus anciennes et nucléaires des continents, où les roches du sous-sol ont plus de 1,5 milliard d’années.

Les cinq principaux pays producteurs de diamants sont la Russie, le Botswana, la République démocratique du Congo (RDC), l’Australie et le Canada. Ces cinq pays contribuent à eux seuls à plus de 60 % de la production mondiale de diamants.

L’origine éthique des diamants.

En 2006, un film avec Leonardo di Caprio rencontre un immense succès. « Blood diamond » raconte comment la vente de diamants de contrebande sert à financer des conflits armés en Sierra Leone.

En décembre 2000, les principaux pays producteurs, sous l’égide des Nations Unies et sous le contrôle permanent d’ONG, mettent en place le Processus de Kimberley pour lutter contre la vente des « diamants de guerre ».

Cet accord ardu à mettre en oeuvre entre pays producteurs, compagnies minières, entreprises de l’industrie du diamant et représentants de la société civile, permet aujourd’hui de garantir que 99,8% des diamants bruts produits dans le monde le sont en conformité avec ses règles strictes.

Caractéristiques des diamants

Les laboratoires de gemmologie peuvent utiliser des équipements de haute technologie pour déterminer les caractéristiques internes et externes d’un diamant, les éléments traces, voire les défauts optiques au niveau atomique.

Parfois, il peut y avoir des indications sur une origine particulière. Les diamants Zimmi de la frontière entre la Sierra Leone et le Liberia sont connus pour être des diamants Canari et présenter une couleur jaune vif, ou les diamants Marange du Zimbabwe qui ont une teinte verdâtre/brune/grise. Mais tous les diamants Canari (Canary daimond) ne proviennent pas de Zimmi, ni tous les diamants verdâtres/grisâtres de Marange. De même, les diamants d’Argyle en Australie sont connus pour être roses ou bruns, mais on peut trouver des diamants roses et bruns dans d’autres gisements mondiaux. Ainsi, dans certains cas, il est possible de détecter les caractéristiques optiques caractéristiques à l’aide d’une spectroscopie avancée.

Inversement, les gisements de diamants peuvent être connus pour produire des diamants d’une taille, d’une clarté ou d’une caractéristique particulière. Les diamants russes sont connus pour leur fluorescence, car ils incorporent de l’azote dans le réseau cristallin lors de leur formation. Là encore, n’importe quel diamant, quelle que soit son origine géographique, peut être fluorescent, mais il peut y avoir des tendances entre les gisements du monde entier.

Conclusion sur l’origine des diamants

Chaque diamant possède une combinaison de caractéristiques telles que la suite d’inclusions, les défauts optiques, les oligo-éléments et d’autres facteurs au-delà des 4 C qui le rendent unique comme votre empreinte digitale. Les variations entre les différents gisements, le chevauchement entre les inclusions et la composition chimique, ainsi que la façon dont les diamants sont traités, font qu’il n’est pas possible de déterminer l’origine spécifique d’un continent, d’une région ou d’un pays pour un diamant taillé d’origine inconnue au moyen des méthodes géochimiques, isotopiques ou spectroscopiques disponibles dans le commerce.

Par conséquent, l’industrie du diamant a développé des protocoles de chaîne de contrôle pour soutenir les déclarations d’origine des diamants, notamment le système de certification du processus de Kimberley, les principes de meilleures pratiques de De Beers, le protocole d’approvisionnement responsable des diamants de Signet (D-SRSP) et la consultation du Responsible Jewellery Council pour que sa chaîne de contrôle devienne applicable aux diamants (RJC, 2017).

Le diamant que vous portez, celui que vous allez offrir, présente désormais toutes les garanties éthiques nécessaires pour que vous puissiez vivre ce plaisir sans avoir à vous poser de questions.

J’ai essayé de vous apporter les réponses les plus simples aux questions complexes sur les différentes origines du diamant. J’espère que vous aurez eu plaisir à les lire et je vous dis à bientôt.

Déborah.

SEIJNA & VOUS

livraison offerte le jour même par coursier à Paris et proche banlieue (sous réserve de disponibilité du bijou)

livraison express sécurisée offerte en France et dans l'union européenne

livraison sécurisée UPS partout dans le monde

échange ou remboursement sous 15 jours

votre bijou seijna vous est livré dans un luxueux écrin exclusif

tous les bijoux seijna sont en or 18 carats 750 millièmes certifiés par le poinçon à tête d'aigle

newsletter

Recevez l'irrésistible newsletter seijna
et bénéficiez de :

-10% sur votre premier achat (jusqu'à 1200€)
-15% sur votre premier achat (au-delà de 1200€)

0
    0
    VOTRE PANIER
    Votre panier est videRetourner à la boutique